A - B - C - D - E - F - G - H - I - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T

 

LAEG / LOEG

Cocher de Cuchulainn.

Les Celtes étaient réputés pour leur habileté à conduire les chars sur le champ de bataille, et l'art de Laeg fut décisif pour beaucoup de victoires de Cuchulainn.

C'était aussi un grand ami et un compagnon. Lorsque Fand invita Cuchulainn au Pays des Promesses, il envoya Laeg en éclaireur pour reconnaître les lieux. Pendant le dernier et mortel combat de Cuchulainn, Laeg se jeta sur une lance destinée à son maître.

Id, le frère de Laeg, était le cocher de Conall Cernach.

 


LIBANE, deux héroïnes portent ce nom :

- Femme-cygne, messagère de l'Autre monde. Libane et sa compagne Fand apparaissent aux yeux du héros Cuchulainn sous les traits de deux cygnes portant une chaîne d'or. Il tombe amoureux de Fand, la suit dans le Sid pour y subir l'initiation royale.

- Femme-saumon. Ici, Libane apparaît en fille de roi négligente. Elle doit veiller sur une fontaine magique, mais oublie de refermer la porte. L'eau submerge le pays, noie le roi et toute sa famille. Quant à Libane, elle survit dans sa chambre, au fond d'un lac pendant un an. Au bout de cette année, elle devient saumon et le reste pendant trois siècles, avant de reprendre sa forme humaine.

 


LION-A-LA-MAIN-FERME / LLEW / LLAW / LLEU

Fils d'Arianrhod.

Roi solaire de la légende galloise et équivalent du dieu Lug.

Successivement, sa mère lui refuse un nom, des armes et une épouse. Gwydyon, son oncle, l'aide dans sa quête de reconnaissance.

Mais il ne peut rien quand Blodewedd, son épouse, tente de le faire tuer par un rival.

Blessé à mort, le dieu solaire se métamorphose en aigle pour s'échapper. Avec le temps, le grand dieu solaire finit par avoir rang de simple héros.

 


LLUD / NUDD / NUADA

Dieu correspondant à la fonction royale.

Llud correspond à une altération galloise du nom Nudd (voir Nuada).

 


LLYR / LIR

Dieu de l'Océan dans la mythologie galloise.

Voici un dieu topique d'Irlande. Il apparaît comme le défenseur de ce territoire, dont il chasse les étrangers. Son surnom de Llediaïth ("à la demi-langue") laisse entendre que l'on comprend mal ce qu'il dit.

Epoux de Iwerydd, père de Bron [ir.] ou Brân [gal.] et Manannan [ir.] ou Manawyddan [gal.].

Son dernier avatar est le roi Lear. Il a donné son nom à bon nombre de lieux, dont Leicester en Angleterre.

 


LLWYT

Druide créant un monde d'apparences.

Dans le royaume de Dyvet, le tertre funéraire d'Arberth est un lieu où passent de nombreux prodiges et Llwyt ne semble pas totalement étranger à cela.

Sur ce tertre a été célébrée l'union de Rhiannon et de Manawyddan, en la présence du fils de Rhiannon, Prydéri, et de sa propre épouse, Kicfa. Puis les deux couples se sont retrouvés piégés dans un univers différent du leur. Ils ont poursuivi leur expérience hors du temps, Prydéri puis Rhiannon ont ensuite disparu aux yeux de leurs compagnons. Manawyddan et Kicfa ont survécu en cultivant la terre près du tertre.

Vient l'heure de la récolte, mais au jour de la moisson, tous les épis ont disparu, ne laissant que la paille. Manawyddan, le lendemain, fait la même constatation pour la champ voisin. Désolé, il se décide à veiller la nuit suivante et, sur le coup de minuit, une troupe de souris investit le champ et le met rapidement au pillage.

Manawyddan réussit à prendre une grosse souris et raconte sa mésaventure à Kicfa, bien décidé à pendre la bête sur le tertre d'Arberth. Il installe les fourches, quand paraît un druide qui le salue et tient à acheter la souris.

Mais Manawyddan refuse. L'autre sait se faire persuasif et finalement la négociation aboutit. Le druide Llwyt échange la souris qui est, en fait, sa femme, contre Prydéri et Rhiannon, victimes d'un enchantement. En outre, il accepte de lever le sort qu'il a jeté sur le royaume de Dyvet. Tout redevient comme auparavant.

 


LOCH

Poète de la tribu des Fomoiré.

Au cours de la bataille de Mag Tured (Moytura), les guerriers s'affrontent, dynamisés par les chants des bardes. Celui du camp des Fomoiré se nomme Loch et il est à demi-vert, des pieds jusqu'au sommet du crâne.

 


LOÉGAIRÉ

Héros disputant à Cúchulainn la part du héros.

Dans tout festin royal, le meilleur guerrier a droit au "morceau du héros". Ici, Conall Cernach et Loégairé disputent à Cúchulainn ce privilège. Pour départager les candidats, des épreuves leur sont proposées. Cúchulainn se sort avec brio de la première série de trois tâches à exécuter et il est proclamé vainqueur. Mais ses adversaires rejettent cette décision.

Pour trancher le différend, le druide Sencha les envoie tous se soumettre au jugement du géant Utah mac Immoniann. Celui-ci propose que l'un d'eux prenne sa hache et lui tranche la tête. Le lendemain, ce sera à lui d'en faire autant. Loégairé et Conall se récusent. Cúchulainn accepte. Il prend la hache et coupe la tête du géant. Ce-dernier se relève, ramasse sa tête et sa hache et part se baigner dans le lac.

Le lendemain, sans effroi, Cúchulainn pose sa tête sur le billot et attend le coup fatal. Le géant fait tournoyer sa hache mais ne l'abat pas. Il se contente de proclamer Cúchulainn vainqueur.

 


LUCELLOS / LUCETIOS, autres noms de Lug.

 


LUCHTAINE / LUCHTA

Nom du charpentier (ou ferronnier) talentueux qui uvre au cours de la bataille de Mag Tured (Moitura).

 


LUG / LLEW / LUCELLOS / LUGH / LUGOS / LUGUS

Dieu solaire, puis héros et chef des tribus irlandaises.

Nul ne peut supporter sa vue tant il est puissant. Sa lance va toujours droit au but. Ces deux faits permettent de conclure au caractère solaire du dieu (ou du héros). Ajoutons qu'il a tous les talents, d'où son surnom de "Longue Main" ou "Au Bras Long". Quant à la racine de son nom, elle signifie "briller". Son attribut est le corbeau, ses armes le javelot et la fronde. Il est le dieu de tous les arts, comme le montre son surnom de Samildanach ("Multiple Artisan").

En Gaule, il paraît se manifester comme divinité tricéphale et la légende lui attribue deux jeunes frères, également appelés Lug.

Il appartient aux trois classes sociales. Comme garant de la fonction sacerdotale, il apparaît en barde ou en magicien. Par ailleurs, il a le rôle de chef de l'armée. Enfin il est forgeron et charpentier (classe laborieuse). Il préside aussi aux moissons et sa fête se situe alors le 1er août.

Selon les traditions, sa généalogie diffère.

Pour les Gallois, il serait issu de la relation incestueuse entre Gwydyon (ou Dagda) et sa sur Arianrhod. Deux jumeaux, Dylan et "Lion à la main ferme" (ou Llew) seraient les fruits de cette coupable union.

Selon les Irlandais, il a pour père Cian (membre des Tuatha De Danann) et pour mère Eithné (Ethlinn), la fille du roi des Fomoiré, Balor. Mais c'est Tailtiu, une déesse-mère tellurique qui élève le jeune Lug. Pour d'autres, il aurait été élevé par Manannan mac Lir ou encore Goibniu.

Dans la bataille de Mag Tured (Moytura), on voit apparaître Lug, dans des circonstances exceptionnelles. En prélude à la guerre, le roi Nuada donne une grande fête.

Le fils de Cian et Ethlinn demande à être admis et le portier lui demande ses qualités. Lug se dit charpentier, mais le portier lui refuse l'entrée car il y a déjà un tel ouvrier. Lug se déclare alors forgeron mais le portier n'ouvre pas. Toutes les professions y passent, sans trouver gré auprès de ce gardien rigoureux. A bout d'arguments, Lug fait demander au roi si de tels talents ne méritent pas qu'il soit présenté. Finalement Nuada l'invite à disputer une partie d'échecs.

Lug gagne et obtient un poste de confiance, à la cour du roi, comme chef des armées. Au cours de la bataille de Mag Tured, il se signale par un exploit : crever l'il unique de son grand-père Balor, ce qui donne l'avantage aux Túatha Dé Dánann sur les Fomoiré.

 


LUGAID

Héros qui devient roi par son sacrifice.

Les trois fils du roi Dairé sont assis au coin du feu et mangent le produit de leur chasse. Arrive alors une petite vieille, d'une laideur effrayante et d'une saleté répugnante. Elle menace de les dévorer sauf si l'un d'entre eux accepte de passer la nuit dans sa couche. Malgré sa répulsion, Lugaid se dévoue. Une fois au lit, la vieille devient une ravissante jeune personne fort agréable à aimer. Elle lui annonce qu'elle aura un fils de lui et que, plus tard, elle s'unira également à celui-ci.

Elle n'est autre que l'incarnation de la Royauté d'Irlande et c'est elle qui peut conférer l'initiation royale.

 


LUGUS

Nom utilisé en Grande-Bretagne et en France pour désigner un dieu très semblable au Lug irlandais et au Lleu gallois.

On peut juger de son importance par l'ancien nom de Lyon, Lugdunum ("la Forteresse de Lug"). L'empereur Auguste en fit la capitale des Gaules et donna l'ordre aux habitants de célébrer ce choix chaque mois d'août, mois pendant lequel on fêtait le dieu celte du soleil, Lugus.

Le nom de ce dieu fut utilisé pour bien d'autres endroits, et peut-être même Londres, le romain Londinium pouvant être un dérivé de Lugdunum.

 

vers lexique K

retour Sommaire